• La vérité sur le Coran (suite). La vérité sur la loi de Dieu

     

     

    "Ne soyez pas comme ceux qui ont abandonné la vérité, et ont suivi le mensonge encore que la vérité leur fut connue, (..)" (Alcoran p.60, III De la lignée de Joachim)

     

    "Les Idoles que vous adorez ne peuvent rien créer, au contraire ils sont choses créées, mortes, sans mouvement, et qui ne savent pas en quel temps le monde ressuscitera."

    (Alcoran p. 256, XVI la mouche à miel)

     

    "(..) ils invoquent les Idoles au lieu de Dieu, ils invoquent ce qui ne leur peut faire ni bien ni mal, telle prière est un fourvoiement éloigné des commandements de Dieu, ils adorent ce qui leur fait plutôt mal que bien.

    (Alcoran p. 317, XXII du Pèlerinage)

     

     

     

    Sur le Coran.

     

    La vérité sur le Coran.

     

     

    (Complément à l'article "La vérité sur le Coran")

     

     

    Le Coran est avant tout un "Rappel" de Celui qui fait miséricorde, du "Miséricordieux".

     

     

    La critique serait bien hâtive à quiconque s'abstiendrait de lire entièrement le Livre.

    Car il convient d'examiner rigoureusement les versets avant de blâmer !

    Ce qui est juste selon les voies de l'Éternel, dans le respect de sa Parole qui est la Vérité, doit être reconnu et apprécié.

    Ce qui n'est pas conforme à la Parole du Très-Haut,  la véritable Lumière, doit être dénoncé.

     

    "Si rien ne permet de douter que Muhammad ait reçu une inspiration du même ordre que celle reçue par Moïse ou Jésus, conservée dans la «finition» d'un Livre contemporain du transmetteur, rien non plus n'autorise la Tradition à promouvoir et imposer l'image d'une parole révélée qui fond du ciel comme tombe la pluie, pique un ailgle ou s'abat la foudre." (Youssef Seddik Nous n'avons jamais lu le Coran, P.24, Éditions de l'Aube, 2010.)

     

     

    La loi du Tout-Puissant, révélée au Prophète Muhammad, n'aurait-elle pas été altérée au titre de propagande de la foi islamique ?

     

     

        IMGP3155

     

                       Palais de l'Alhambra ( الْحَمْرَاء, Al-Ḥamrā' ) à Grenade (Granada), Andalousie

     

      —

      ‹ b-ismi-llâhi r-rahmâni r-hahîmi › 

    ‹ Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux ›

     

    ‹ Iqra’ ! ›  ‹ Lis ! ›

     

    "Au Nom de Celui qui  fait miséricorde, le (très) Miséricordieux" (Fatiha I, 1)

     

     

     

    La Famille d'Imran III, 85 :

    «Le culte de celui qui recherche une religion en dehors de la Soumission n'est pas accepté(Traduction D. Masson)

    «Quiconque recherche en dehors de l'Islam une autre religion, celle-ci ne sera point acceptée par Lui, et dans l'autre monde, il sera du nombre des réprouvés»  (Traduction M. Hamidullah, révisée.)  

    «quiconque désire un autre culte que la résignation à la volonté de Dieu (islam), ce culte ne sera point reçu de lui (..)» (Traduction M. Kasimirski)

    "Qui cherche une autre créance que la pacification, al-islâm, ne sera pas reçu par Lui (..)" (Traduction A. Chouraqui La gent de ‘Imrân III, 85 AL-‘IMRÂN)

    Coran, La Table Servie V, 3 :

    "«(..) j'agrée l'Islam comme étant votre Religion »" 

    "Il m'a plu de vous donner l'islam pour religion" (traduction de M. Kasimirski  V, 5)

    "I have chosen for you ISLAM, to be your religion" (Traduction de G. Sale)

    "Pour créance, je veux pour vous la pacification, al-islâm. (Traduction A. Chouraqui AL-MÂ’IDAT V, 3)

    Or le mot « Islam » ne figure pas dans l'Alcoran traduit par Du Ryer, la plus ancienne traduction en français (en langue françoise)  !

      

    "Nous avons envoyé Jésus fils de Marie après plusieurs prophètes, il a confirmé les anciennes écritures, nous lui avons donné l'Évangile plein de lumière pour conduire le peuple au droit chemin, avec la confirmation de l'ancien Testament guide & instruction pour les gens de bien. " (Alcoran p. 98, IV les Femmes)

    "Nous t'avons fait descendre le livre contenant la vérité, lequel confirme les écritures antérieures, en les préservant de toute altérité" (Coran 5, 48 "Al Ma'idah" "La table servie")

    Or la Bible contient de nombreuses erreurs, maintes contradictions, ainsi que des versets mensongers !

      

    "(..) la loy du salut est la loy que je vous  veux donner" (Alcoran p. 100, V la Table)
    "« La Religion, aux yeux de Dieu, est vraiment la Soumission »" (Coran, La Famille d' ‘Imran III, 19)   

    Or, dans l'Alcoran, en sa sourate III Dans la lignée de Joachim p.49, nous pouvons lire : "La loy du salut est la loy agréable à la divine Majesté (..)".

     

    Sur Jésus :

    « Son nom est : le Messie (al-Masîsh), Jésus, fils de Marie (Maryam) ;

    (..) Dieu lui enseignera le Livre, la Sagesse,

    la Torah et l'Évangile ;

    et le voilà prophète, envoyé aux fils d'Israël :

    (..) Me voici,

    confirmant ce qui existait avant moi de la Torah

    et déclarant licite pour vous,

    une partie de ce qui vous était interdit »" (La Famille d'Imran III, 48-50)

     

    "Jésus est, en vérité, l'annonce de l'Heure."  (L'ornement XLIII, 61)

    (..) Jésus est venu avec des preuves manifestes (..)

    «Je suis venu à vous avec la Sagesse (..)» (XLIII, 63)

     

     "Dieu dit :

    « Ô Jésus, fils de Marie ! Est-ce toi qui as dit aux hommes :

    « Prenez, moi et ma mère, pour deux divinités, en dessous de Dieu ?»

    Jésus dit : «Gloire à toi !

    Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire.

    Tu l'aurais su, si je l'avais dit.

    Tu sais ce qui est en moi, et je sais ce qui est en toi.

    Toi, en vérité, tu connais parfaitement les mystères incontournables (incommunicables).

    Je ne leur ai dit que ce que tu m'a ordonné de dire :

    « Adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur !" (La table Servie V, 116-117)

     

      

        IMGP3112

     

                            Intérieur de la grande mosquée de Cordoue (Cordoba), Andalousie

     

     

    "« J'effacerai les mauvaises actions (..) de ceux qui ont combattu et qui ont été tués »" (La Famille d'Imran III, 195) 

    "Combattez (..) ceux qui, parmi les gens du Livre, ne pratiquent pas la vraie Religion ! (La Repentance IX, 29)

    "C'est lui qui a envoyé son Prophète avec la Direction et la Religion vraie pour la faire prévaloir sur toute autre religion, en dépit des polythéistes" (L'immunité IX, 33)

    "Il a envoyé son Prophète pour conduire le peuple au chemin droit, pour prêcher la loy de vérité, et pour la faire paraître par dessus toutes les autres lois du monde contre les idôlatres.

    (Alcoran p. 181, IX la conversion (le chatiment) (la peine) ).

     

    «C'est une Religion  immuable, la religion d'Abraham, un vrai croyant » (VI, 161)

    "Dis : « Me voici, mon Rabb me guide sur le chemin ascendant, créance érigée, doctrine d'Ibrâhim, le fervent : il n'est pas un associateur.» (traduct. A. Chouraqui 6,161 AL-‘ANÄM)

    "Dis-leur : le Seigneur m'a conduit dans le sentier droit, dans une religion droite, dans la croyance d'Abraham, qui était un vrai croyant et ne s'associait point (d'autres divinités à Dieu)"

    (traduct. de M. Kasimirski  Le bétail V, 162)

    "Dis leur, Dieu m'a conduit au chemin de sa loy, ceux qui professaient la loy d'Abraham professaient l'unité de Dieu, Abraham n'était pas au nombre des infidèles (..)"

    (Alcoran p. 141, IV la Gratification)

    «Suis la Religion d'Abraham, un vrai croyant».  (Les abeilles XVI, 123)

    "Abraham était un homme soumis à Dieu, vrai croyant ; il n'était point du nombre des idolâtres." (traduct. M. Kasimirski, 1865, p.121, l'abeille XVI )

    "Nous t'avons révélé que tu as à suivre la religion d'Abra qui était vrai croyant, et n'était point du nombre des idolâtres." (traduction de M.Kasimirski, 1869, l'abeille XVI, 124)

    "Ensuite, nous t'avons révélé : voici, opte pour la doctrine d'Ibrâhim, le fervent : il n'était pas au nombre des associateurs.» (Traduction A. Chouraqui XVI, 123 AN-NAHL)

    "Abraham était obéissant à Dieu, il professait son unité, il n'adorait pas les Idoles, et remerciait Dieu pour ses graces (..)" (Alcoran p. 266, XVI la mouche à miel)

    L'Alcoran (traduit par Du Ryer) ne fait pas mention de  «la Religion d'Abraham» !

      

    "L'Alcoran conduit les gens de bien au droit chemin (..)" (Alcoran p. 268, XVII du Voyage)

     

    "Notre Seigneur !

    Fais de nous deux (Abraham et Ismaël) des croyants qui te seront soumis (à l'Islam) ;

    Fais de notre descendance une communauté qui te sera soumise ; (..)"  ("La vache" II, 128)

    "Notre Rabb, pour Toi, fais de nous des pacifiés, et de notre postérité, une patrie pacifiée, montre-nous nos rites, retourne vers nous (..)" (Traduction A. Chouraqui  La génisse II, 128  AL-BAQARAT›)

    "Ibrâhim l'a recommandé à ses fils, ainsi que Ya'qûb : «Ô mes fils, voici, Allah choisit pour vous la créance. Ne mourrez pas sans être pacifié.»" (ibid II, 132)

    "Abraham a ordonné à ses enfants  :et Jacob fit de même

    «Ô mes enfants ! Dieu a choisi pour vous la Religion (2) ;

     

     ne mourrez que soumis à lui».  ( La Vache II, 132

    "lorsque Dieu dit à Abraham : Abandonne-toi à moi, il répondit : je m'abandonne au Dieu maître de l'univers.

    Abraham recommanda cette croyance à ses enfants, et Jacob en fit autant ; il leur dit : Ô mes enfants ! Dieu vous a choisi une religion, ne mourrez pas que vous ne soyez musulmans (résignés à Dieu)." (traduction M. Kasimirski II, 125-126)

    "C'est lui qui vous a choisi.

    Il ne vous a imposé aucune gêne dans la Religion (2),

    la Religion de votre père Abraham.

    C'est lui (Dieu) qui vous a donné le nom de «Musulmans »

    autrefois déjà, et ici même, (..)"  ("Le Pèlerinage" XXII, 78)

    "(..) il vous a élus. Il ne vous a rien commandé de difficile dans votre religion, dans la religion de votre père Abraham ; il vous a nommés musulmans (qui s'adonnent à Dieu)." (traduction de M. Kasimirski Le pèlerinage à La Mecque XXII, 77)

    "Il vous a choisis, et n'a mis contre vous aucune entrave de créance, dans la doctrine de votre père Ibrâhim. Lui, jadis, vous a appelés les Pacifiés, al-muslimûm, et cela pour que l'Envoyé soit votre témoin et que vous soyez des témoins pour les hommes." (Traduction A. Chouraqui 22,78 AL-HAJDJ)

     

    (2) l'Islam

     

     

    "Les juifs ont dit : « Uzaïr (Uzayr) (Ozaïr) est fils de Dieu !». (1)

    Les chrétiens ont dit : «Le Messie (l'Oint) est fils de Dieu !»

    Telle est la parole qui sort de leurs bouches ;

    ils répètent ce que les incrédules disaient avant eux.

    Que Dieu les anéantisse ! Ils sont tellement stupides !

     

    Ils ont pris leurs docteurs et leurs moines

    ainsi que le Messie, fils de Marie, comme seigneurs, au lieu de Dieu.

     

    Mais ils n'ont reçu l'ordre que d'adorer un Dieu unique :

    Il n'y a de Dieu que lui !"  (La repentance IX, 30-31)

     

    "(Les juifs ont dit que le Fils de Dieu est Très-Puissant, les Chrétiens ont dit que le Messie est Fils de Dieu, leurs paroles sont semblables aux paroles des infidèles qui les ont précédés, mais Dieu leur donnera la malédiction ; considère comme ils blasphèment, ils adorent leurs Docteurs et leurs Prêtres, et encore le Messie Fils de Marie qui leur a commandé de n'adorer qu'un seul Dieu, il n'y a qu'un seul Dieu : loué soit Dieu  !" (Alcoran p. 181, VII les Limbes)

     

    (1) Uzayr (Ozaïr) serait Ezra, le prophète Esdras.

     

      "(..) ils ont dit, « Nous avons tué le Messie, Jésus fils de Marie, Prophète et Apôtre de Dieu : certainement ils ne l'ont pas tué, ni cricifié, ils ont crucifié un d'entre eux qui lui ressemblait, ceux qui en doutent sont dans l'erreur manifeste." (Alcoran  p. 95-96, IV les Femmes)

    "(..) et parce qu'ils ont dit : « Oui, nous avons tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le Prophète de Dieu ». Ils ne l'ont pas tué ; ils ne l'ont pas crucifié, cela leur est seulement apparu ainsi." (Coran, IV, 157 Les Femmes)

    On note aucune divergence sur le fond, entre l'Alcoran et la vulgate du Coran, concernant la négation de la crucifixion de Jésus, fils de Marie.

     

     

     

     

    IMGP2806.JPG

     

    Alcoran de Mahomet traduit de l'Arabe, chapitre De la lignée de Joachim,  p. 48, André du Ryer, chez Pierre Morfier, Amsterdam, M.DCXCVVIII (1698)

     

      "Jésus, fils de Marie dit :

    « Ô fils d'Israël ! Je suis en vérité, le Prophète de Dieu (Messager d'Allah) envoyé vers vous

    pour confirmer ce qui, de la Torah, existait avant moi ;

    pour vous annoncer la bonne nouvelle d'un prophète (Messager) qui viendra après moi

    et dont le nom sera : Ahmad (3)»." (Le Rang LXI, 6)

    "(..) je suis Messager de Dieu, il m'a envoyé confirmer l'ancien Testament, et pour vous annoncer qu'il viendra un Prophète après moi qui aura nom Mahomet (3)." (Alcoran p. 541, LXI)

    " (..) disait à son peuple : Ô enfants d'Israël je suis l'apôtre de Dieu envoyé vers vous, pour confirmer le Pentateuque qui vous a été donné avant moi, et pour vous annoncer la venue d'un apôtre après moi, dont le nom sera Ahmed. (..)" (Traduction de M. Kasimirski, 1865, Ordre de bataille LXI, 6)

    "Et quand ‘Issa, fils de Maryam, dit :« Ô Fils d'Isrâ'îl, je suis pour vous l'Envoyé d'Allah, authentifiant ce qui de la Tora est entre vos mains. J'annonce un Envoyé qui viendra après moi. Son nom : Ahmad.» (Traduction A. Chouraqui Le Rang ‹AS--SAFF›  61,6)

    "« À ceux qui suivront l'Envoyé qui est le Prophète illettré (des Gentils) qu'ils trouvent mentionné chez eux dans le Pentateuque et l'Évangile,

    et qui leur recommande le Bien et leur interdit le Mal, qui déclare licite pour eux ce qui est bon et illicite ce qui est impur,

    qui les soulage de leur fardeau et les délivre de leurs chaînes. Ceux qui auront cru en lui, qui l'auront secouru et soutenu, qui auront pris pour guide la lumière descendue avec lui, ceux-là connaîtront le vrai bonheur »"  ("Al Araf" VII, 157)

     

    (3) Ahmed, litt. «le (très) glorieux». Pseudonyme de Muhammad (Mahomet)

    Cf. év. Jean 14, 16 : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur(défenseur), afin qu'il demeure éternellement avec vous ».

    Jean 14, 26 : « Mais le consolateur, l'Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit ». (4)

    Jean 16, 13 : «Mais quand celui-ci viendra, lui, le souffle de vérité, il vous fera cheminer dans la vérité toute entière. Il ne parlera pas de lui-même ; mais tout ce qu'il aura entendu, il le dira ; et ce qui vient, il vous l'annoncera ».

    En ayant une parfaite connaissance de l'Évangile, les scribes (ou un successeur dépositaire des versets) du prophète Muhammad auraient transformé le mot grec παρακλητος "parakletos" (Pi, alpha, rhô, alpha, kappa, lambda, êta, omicronn, sigma) ou "parakleton" (5) qui signifie "consolateur" ou "défenseur", en periklytos qui signifie "illustre et digne de louange" traduit par "glorieux".

    Or le mot grec periklytos n'apparaît jamais dans la Bible !

    Par ailleurs, nous savons que les voyelles des mots ne figuraient pas dans les premières versions du Coran. Ce qui a pu permettre de laisser libre cours à l'imagination !

    L'Alcoran, dans la sourate du "Rang" fait bien état d'un "Messager qui viendra (..).

      Trois hypothèses :

     

    — Soit le verset 61,6 fait entièrement partie de la Révélation et a été corrigé par un scribe (un dépositaire, voire un Calife) en toute partialité, après que le Prophète Muhammad l'eut communiqué, altérant ainsi la loi du Miséricordieux ;

    — Soit le verset 61,6 nullement révélé au Prophète, a tout simplement été ajouté à la sourate du "Rang" au titre de propagande de la foi islamique.

     

    soit les versets 14,26 et 16,13 de l'évangile selon Jean sont des textes apocryphes (6) ! 

     

    Dailleurs, que nous enseigne l'Alcoran ... au sujet d'un « Protecteur » que Dieu a fait descendre sur les hommes ?  Ne serait-ce pas l'Esprit-Saint, l'Esprit de vérité ?

    "O peuple, Dieu vous a envoyé un Protecteur, un argument très fort, & une lumière très claire (c'est l'Évangile), ceux qui se confieront en Dieu jouiront de sa grâce, et les conduira au droit chemin." (Alcoran p.98, IV Les Femmes)

    Il est fort étrange que le Coran, en son verset 174, ne fasse pas mention du « Protecteur » :

    "Ô vous les hommes ! Une preuve décisive vous est déjà parvenue de la part de votre Seigneur : nous avons fait descendre, sur vous, une lumière éclatante."

     

    (4) En Actes de Apôtres, il est également fait mention au chapitre 1 d'un "Esprit-Saint" qui doit descendre :

    "Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la Terre." (Actes 1, 8)

    (5) la lettre Nu, ν qu'on ne trouve pas habituellement à la fin de "parakleto" permet d'attirer l'attention sur le caractère particulier de ce "défenseur". A fortiori lorsque le mot est précédé de allon (‹ αλλν ›) qui pourrait aussi signifier "un autre... qui pense d'une autre manière" autrement dit un consolateur d'une toute autre nature que celle d'un défenseur terrestre.

     

    (6) comme ce fut le cas dans le Nouveau Testament, et en particulier dans l'Évangile selon Jean (à ce sujet, voir les articles sur "la vérité sur la Bible" relatifs à Jésus de Nazareth)

     

     

    Observations complémentaires à l'article sur le Coran :

     

     1) sur les Bédoins (les nomades)

     

     

    "Les Bédouins (les nomades) sont les plus violents en fait d'incrédulité et d'hypocrisie

    et les plus enclins à méconnaître les lois contenues dans le Livre (celui de l'Islam)

    que Dieu a fait descendre sur son Prophète."  (L'Immunité IX, 97)

    "Parmi les Bédouins qui vous entourent et parmi les habitants de Médine, il y a des hypocrites obstinés." (IX, 101)

    "Les Arabes du désert sont les plus endurcis dans leur infidélité et dans leur hypocrisie (..) Ιl y a parmi les Arabes du désert (..) des hommes endurcis dans leur hypocrisie." (Traduction de M. Kasimirski, 1869, L'immunité ou le repentir IX, 98 ;102)

    "The Arabs of the désert are more obstinate in their unbelief and hypocrisy ; and it is easier for them to be ignorant of the ordonnances of that which GOD hath sent down unto his apostle : (..) and of the Arabs of the désert who dwell round about you, there are hypocritical persons : and of the inhabitants of Medina there are some who are obstinate in hypocrisy." (Traduction de G. Sale, p. 145-146, IX The declaration of immunity [Repentance].)

    "Les A'râb sont les plus rudes effaceurs, des embusqués inaptes à connaître les bornes qu'Allah fait descendre sur son Envoyé, Allah, savant, sage.

    (..) Parmi ceux qui vous entourent, il est des A'râb embusqués, comme le clan de Médine, obstinés aux embuscades." (Traduction A. Chouraqui IX 97 ; 101 BARÂ'AT)

     

     

    Commentaires :

     

    La traduction « Les Arabes du désert » ou « Les A'rabs» pourrait être préférable à une traduction « Les Bédouins (Les nomades) ».

    Mais que l'honneur soit rendu aux Bédoins qui n'auraient pas accepté que leur soit imposée une nouvelle religion, et non pas uniquement la croyance (créance) en la Loi de l'Éternel, en supposant que l'histoire en fut ainsi !

     

    "Alors que les nomades arabes rendaient hommage à des divinités nombreuses, ils croyaient en une divinité unique et supérieure qu'ils appelaient «Allah»." (Farid Esack Coran, mode  d'emploi p. 59, Éd. Albin Michel, 2004) 

     

    "Tout se passe comme si la bédouinité, si sévèrement décriée dans le Coran, avait pris sa revanche en se reproduisant elle-même à travers cet espace du scripturaire devenu ‹Livre indéfini› à parcourir d'un regard sans visée." (Youssef Seddik N'ous n'avons jamais lu le Coran, p. 93, Éd. de l'Aube, 2010)
     

    "La plupart des habitants de la péninsule arabique de cette époque étaient des nomades, mâme si certaines tribus s'étaient installées dans des petites villes et villages comme La Mecque, lieu de naissance de Muhammad, et Yathrib, rebaptisée Médine (1) après qu'elle fut le lieu de résidence de Muhammad." (Farid Esack Coran, mode d'emploi p. 57, Éd. Albin Michel, 2004)  

     

    "Un seul législateur et juge, c'est celui qui peut sauver et perdre ; mais toi, qui es-tu, qui juges le prochain ?" (épître Jacques 4,12)

     

     

    (1) al-Madîna

     

    2° Sur la religion d'Abraham, إبراهيم Ibrahim en arabe.

      

    L'Éternel, YHWH «JE SUIS (qui JE SUIS)», Le Très-Haut, Dieu Puissant (D.ieu-Fort), le SEIGNEUR, le Dieu miséricordieux qui est le Dieu d'Isaac, de Jacob, de David est  le Dieu d'Abraham (Cf. Genèse ; Exode ; 1 Rois 18.36 ; 1 Chroniques 19.18 ; 2 Chroniques 30,6 ; Psaumes 47.9) et  le Dieu des Hébreux (Cf. Exode).

     

    " Les plus beaux noms du monde appartiennent à Dieu ; priez-le par la beauté de son Nom, et vous éloignez de ceux qui s'éloignent de la vérité par les noms qu'ils donnent à leurs idoles, (..)" (Cf. Alcoran p. 163, VII les Limbes)

    Or Abraham ne pouvait être soumis à la Religion (révélée selon la tradition au prophète Muhammad) qu'est l'Islam puisque cette religion n'existait pas encore de son vivant ! (cf. les versets ci-dessus Les bestiaux VI, 161; les abeilles XVI, 123 ; la Vache II, 128.133 ; le pèlerinage XXII, 78)

    Faut-il rappeler que le prophète Muhammad est né vers l'an 570, soit près de six siècles après Jésus-Christ, alors qu'Abraham aurait vécu, d'après les textes bibliques, vers 1800 ans avant Jésus-Christ !

       

    Par ailleurs, aucune mention d'une appartenance (ou d'une soumission) d'Abraham à l'Islam n'apparaît dans les livres de la Bible (Ancien Testament et Nouveau Testament).

     

     

     

     

    Article rédigé par Pascal Bourdaloue

       

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :