• Yéchou'a bèn Yosséf, le véritable nom de Jésus de Nazareth.

     

     

     

    ‹yéchou’a› en hébreu phonétique יֵשְׁזּעָ  en hébreu, ‹yeochou'a› en araméen phonétique. (1)

     

     

    L'araméen est une langue que Jésus ‹yeochou 'a› de Nazareth parla lui-même ; ce fut dans cette langue (et pas seulement en langue hébraïque) qu'il enseigna à ses disciples et que fut écrite une partie des sources de l'Évangile, lesquelles furent utilisées pour la rédaction en langue grecque du Nouveau Testament.

     

      À noter que certaines parties de l'Ancien Testament ont été écrites en araméen : Daniel et Esdras.

     

    Abraham (Abram), le père du peuple hébreux était d'origine araméenne, d'Our (Ur) en Chaldée.

     

     

      (1) à ne pas confondre avec ‹yéhoshoua› nom de Josué !

     

     

     

    IMGP2437

     

                                             Tableau dans l'église de Ligueux (France)

     

     

    "« Voici,, j'enverrai mon messager ; il préparera le chemin pour moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur (l'Adôn) que vous cherchez ; et le messager de l'alliance que vous désirez, voici, il vient », dit l'Éternel Tsebaot." (Malachie 3, 1)

     

     

     

    IMGP2482

     

                                             Vitrail dans l'église d'Eymet (France) 

     

     

    "Qui a cru ce qui était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ?" (Isaïe 53, 1)

     

     

    "(..) le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées. (év. Matthieu 24, 29 ; év. Marc 13, 24-25)

     

        IMGP2466

     

    Vitrail dans l'église de Bergerac

     

    "Ce que j'ai entendu de lui (du père), je le dis au monde" (év. Jean 8,26)

     

     

    "(..) personne ne connaît le Fils, si ce n'est le père ; personne non plus ne connaît le père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler." év. Matyah 11,27)

    ܘ chapître 6 Matyah (Matthieu)

     une version des versets 9-13, en araméen :

    (lire de gauche à droite)

     

    ܗܟܢܐ ܗܟܝܠ ܨܠܘ ܐܢܬܘܢ ܐܒܘܢ ܕܒܫܡܝܐ ܢܬܩܕܫ ܫܡܟ

     

    ܬܐܬܐ ܡܠܟܘܬܟ ܢܗܘܐ ܨܒܝܢܟ ܐܝܟܢܐ ܕܒܫܡܝܐ ܐܦ ܒܐܪܥܐ

     

    ܗܒ ܠܢ ܠܚܡܐ ܕܤܘܢܩܢܢ ܝܘܡܢܐ

     

    ܘܫܒܘܩ ܠܢ ܚܘܒܝܢ ܐܝܟܢܐ ܕܐܦ ܚܢܢ ܫܒܩܢ ܠܚܝܒܝܢ  

     

    ܘܠܐ ܬܥܠܢ ܠܢܤܝܘܢܐ ܐܠܐ ܦܨܢ ܡܢ ܒܝܫܐ ܡܛܠ ܕܕܝܠܟ ܗܝ ܡܠܟܘܬܐ ܘܚܝܠܐ ܘܬܫܒܘܚܬܐ   

    ܠܥܠܡ ܥܠܡܝܢ

                                                                                                   

      transcription phonétique :

     

    ’aboun d'-bachmayâ

    nètqadach chmakh

    ti’té malkoutakh

    nèwè tsèbyanak ’aykana d'bachmaya ’ap be-ar‘a

    hav lan la’hma dé-sounqanan yawmana

    wachbouq lan 'hawbayn ’aykhana d-ap ’hnan chvaqen l-’hayabayn

    w-la ta’lan  lnesyouna

    ela patsan men biycha.

     

    mèthoull d-diylakh hi malkhouta w-’hayla w-téchbouhta

    lé‘olméy ‘olmiyn

     

     

    Voir la traduction en langue française dans les articles spécifiques sur "Le notre Père" sur le blog  : http://la-veritable-lumiere.over-blog.com

     

     

     

        IMGP1752

     

                                        Le Mont des Oliviers en décembre 2008 (Israël)

     

     

     

    Il a été maltraité et opprimé, et il n'a point ouvert la bouche. Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent ; il n'a pas ouvert la bouche.

    Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment ;

    Et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu'il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple ?

    On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec un riche, quoiqu'il n'ait point eu de fraude dans sa bouche.

    Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance...après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché,

    Il verra une postérité et prolongera ses jours,

    Et l'oeuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains." (Isaïe 53,7-10)

     

     

    IMGP3121

     

                         Tableau dans la cathédrale de Cordoue (Andalousie, Espagne)

     

     

    À cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, et il se chargera de leurs iniquités.

    C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; (..) parce qu'il s'est livré lui-même à la mort, et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes, et qu'il a intercédé pour les coupables. (Isaïe, 53,1-12)

     

     

     

     

    IMGP2467

     

                                                Vitrail dans l'église de Bergerac 

     

     

    "« (..) je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. »" (év. Jean 18, 37) 

     

     

    IMGP3220-crop 

                                      Vitrail dans la cathédrale de Valence (Espagne) 

     

     

    Commentaires :

     

    "Le contraste entre son exaltation toujours croissante et l'indifférence des juifs augmentaient sans cesse. «Mieux vaut la mort d'un homme que la ruine d'un peuple.» ! (Ernest Renan Vie de Jésus ch. XXII, p. 309)

    "Le sacerdoce officiel (..), la bourgeoisie pharisienne (..), les innombrables ‹soferim› scribes étaient en réalité menacés dans leurs préjugés ou leurs intérêts par la doctrine du maître nouveau (de Jésus)." (Ibid. Ch. XXI, p.300)

    "La haine inintelligente de ses ennemis" n'eut pas de limite !" (Cf. Ibid, p. 313)

     

     

     

    IMGP2359

     

                                 Vitrail dans l'église de Bénévent-l'Abbaye (France)

     

     

    "Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; (..) " (Isaïe 53,4)

     

     

    IMGP3092

     

                           Tableau dans l'église St-Paul à Úbeda (Andalousie, Espagne)

     

     

     

    "voici, mon serviteur prospérera ; il montera, il s'élèvera, il s'élèvera bien haut." (Isaïe 52,12)

     

     "Mais ton enseigneur ne se camoufle plus. Et ce sont tes yeux, ils voient ceux de ton enseigneur". (Isaïe 30,20)

    "Tes yeux contemplent le roi dans sa beauté ; ils voient la terre des lointains." (Isaïe 33, 17)

     

    "Les évangélistes eux-mêmes (1), qui nous ont légué l'image de Jésus, sont si fort au-dessous de celui dont ils parlent que sans cesse ils le défigurent, faute d'atteindre sa hauteur. Leurs écrits sont pleins d'erreurs et de contresens. (2) On entrevoit à chaque ligne un original d'une beauté divine trahi par des rédacteurs (3) qui ne comprennent pas et qui substituent leurs propres idées à celles qu'ils ne saisissent qu'à demi." (Ernest Renan, Vie de Jésus, ch. XXVII, p. 364)

     

    (1) en particulier les auteurs de l'év. selon Luc et l'év. selon Jean

    (2) «Vous êtes dans l'erreur, parce que vous ne comprenez pas les Écritures, ni la puissance de Dieu." (év. Matthieu 22, 29)

    (3) "(..) des taches (souillures morales), des lapsus provenant de disciples médiocrement capables de comprendre leur maître et trahissant sa pensée." (Cf. Vie de Jésus, appendice p. 387)

     

     

     

    Je puis vous le dire en vérité, ‹Yéshou'a› (yeochou'a), Jésus de Nazareth ressuscité puis élevé, ne montre pas à l'Éternel les souffrances qui furent les siennes à Golgotha, au "lieu appelé Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne" !

     

    Je puis vous le dire en vérité,

    Le tentateur est le Malin.

     

     

    Commentaires :

     

    "Ce qui est indubitable, en tout cas, c'est que, de très bonne heure, on mit par écrit les discours de Jésus en langue araméenne, que de bonne heure, on écrivit ses actions remarquables." (Ernest Renan Vie de Jésus p. 52 introduction)

    "Mille fois plus vivant, mille fois plus aimé depuis ta mort que durant les jours de ton passage ici-bas, tu deviendras à tel point la pierre angulaire de l'humanité qu'arracher ton nom de ce monde serait l'ébranler jusqu'aux fondements." (Ibid ch. XXV p. 349

    "Jésus n'est pas un fondateur de dogmes, un faiseur de symboles ; c'est l'initiateur du monde à un esprit nouveau. Les moins chrétiens des hommes furent, d'une part, les docteurs de l'Église grecque, qui, à partir du IVè siècle, engagèrent le christianisme dans une voie de puériles discutions métaphysiques, et, d'une autre part, les scolastiques du moyen âge latin, qui voulurent tirer de l'Évangile les milliers d'articles d'une ‹Somme› colossale›. Adhérer à Jésus en vue du royaume de Dieu, voilà ce qui s'appela d'abord être chrétien." (Ibid ch. XXVII p. 360)

     

     

     

    Le lecteur pourra pendre connaissance des photographies publiées par Pascal Bourdaloue, pèlerin à Jérusalem en 2008/2009, dans l'album intitulé "Sur les pas de Jésus de Nazareth", en cliquant sur le lien suivant :

     http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/album-1767582.html

     

    Article rédigé par Pascal Bourdaloue

     

    IMGP2757


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :